DE LA DECOUVERTE A L'ANNONCE

L'accompagnement en sophrologie s'inscrit dans les 3 moments cles : 1) De la découverte à l'annonce 2) Le parcours de soin 3) La rémission

Aujourd'hui, je vous parle de la première étape, de la découverte à l'annonce. Je parle du cancer mais cela s'applique à d'autres maladies.

Cette période suspendue dans le temps...entre la découverte des symptômes, de fatigue chronique, une douleur omniprésente, une perte de poids inexpliqué, un "kyste" trouvé ou de sentir que quelque chose ne fonctionne plus dans notre corps jusqu'à l'annonce des résultats, il peut se passer 3 semaines à un mois voir plus. Cette période est très lourde émotionnellement, physiquement, mentalement car on ne sait pas, on ne contrôle plus rien, on arrive sur un terrain de jeux jusqu' alors inconnu...nous sommes dans l'angoisse permanente des résultats. Durant cette phase transitoire, nous pouvons perdre confiance, notre ancrage, notre sommeil.

D'un point de vu physique, il va falloir tenir le rythme car en l'espace d'un mois, notre corps sera examiné de la racine des cheveux jusqu'aux orteils, dans un premier temps, cela sera mammographie, échographie, biopsie puis de nouveau IRM, scanner, scintigraphie sans oublier pour certains la case tepscan, les bilans sanguins, les RDV avec les medecins, des résultats qui arrivent au compte gouttes...etc. Cette période est très éprouvante physiquement, notre coprs est balloté d'examens en examens mais nécessaire pour les médecins pour analyser, étudier et comprendre ce qu'il se passe dans notre corps pour ainsi nous proposer le traitement le plus précis, éfficace et qu'il puisse répondre selon le type de cancer ou tout autres maladies.

Mentalement, ce n'est pas mieux car on se sent fatigué, épuisé, le mental devient négatif, le stress, l'anxiété nous gagne, des pensées sombres subviennent, sommeil perturbé et j'en passe....

Emotionnellement, c'est comparable aux montagnes russes, d'abord le choc de l'annonce puis la colère, pour certains la tristesse, la culpabilité et la peur, peur de perdre la vie....se sentant perdu et délaissé par la vie qui nous abandonne tout un coup.

A mon sens et de part mon expérience, la sophrologie s'intègre parfaitement bien durant cette phase. Par des techniques simples, la sophrologie permet d'apaiser le corps, de mettre le mental sur off tout en prenant du recul sur la situation. Elle permet aussi de travailler sur les émotions, apprendre à les reconnaître, les percevoir, s'autoriser à les ressentir sans culpabiliser. Tout ceci dans le but de vous réappropriez votre corps dont vous ne devez pas avoir peur mais en qui vous devez avoir confiance...

Mais ce qui est sur, dès que le nom de la maladie est prononcé, évoqué cela provoque une fissure, une rupture avec la vie fluide, il y aura un "avant" et un "après"

A toutes les superbattantes, à toutes les personnes touchées de près ou de loin par la maladie, non cela n'arrive pas qu'aux autres et vous n'êtes pas seul...

Previous Post Next Post